Pourquoi pas trekker cet été ?

Depuis que je suis petite mes parents m’ont souvent emmenée faire des randonnées. Et ça n’était pas vraiment mon fort : marcher, suer, être à la traîne etc. Puis j’ai eu un déclic quand ma mère est partit faire un bout des chemins de Compostelle (partie française). Je l’ai donc observé faire ses affaires, je l’ai écouté me raconter ses 3 semaines et demi de marche et une petite idée a germé dans ma tête. Mais ce n’est que l’année dernière que j’ai pu mettre à exécution mon petit plan.

L’été dernier je suis partie au Ladakh, région phare de l’Inde réputée pour ses treks dans le début de la chaîne Himalayenne. Mais en juillet je suis aussi partie avec une amie (ma fdp d’amour ❤️) faire le GR34 tout autour de la presqu’île de Crozon (en Bretagne) pendant 7 jours. Donc comme l’été arrive et que vous vous demandez sûrement quoi faire, où partir etc. je me dis que faire l’apologie de la randonnée et des treks peut vous faire économiser pas mal de ronds et passer des vacances plus que géniales.

Voici quelques raisons parmi tant d’autres :

  • Vous pouvez le faire avec un ou plusieurs amis et ça ne fera que renforcer votre amitié. Je vous le garantie, et si c’est avec votre famille ça créera des souvenirs à vie.
  • Ca ne coûte pas cher du tout comme je vous l’ai dit : déjà le transport c’est vos jambes, le logement c’est le camping ou les auberges de jeunesse ou les home stay/guest house si vous vous aventurez à l’étranger.
  • La randonnée c’est accessible à tout le monde et ça permet de faire du sport et de vous sentir bien moralement après chaque étape. Vous serez fier de vous croyez-moi.
  • Enfin des vacances écologiques !!!

Pour vous faciliter les choses je vais vous donner quelques conseils qui m’auraient bien aidé à planifier ce genre de vacances/voyages.

  1. Le parcours

C’est la première étape : savoir quel GR ou trek vus voulez faire. Par exemple les GR34 n’est pas réputé comme difficile est c’est un des plus beaux de France. En revanche ceux que j’ai fait au Ladakh sont plus techniques : dénivelé, cols à plus de 4000 mètres d’altitude et tout le toutim donc la préparation n’est pas la même. Surtout que si vous partez en France ou dans un pays un peu plus commun on va dire, ce sera plus facile de partir sans guide. En Inde, ma famille et moi n’avions pas forcément envie de prendre le risque de nous perdre donc on devait prendre des guides : bon c’est aussi principalement parce que le gouvernement indien n’accorde des permis de randonnée qu’aux touristes accompagnés de locaux hehe. Mais bref, vous devez évaluer le niveau de difficulté  du trek (si vous n’êtes pas habitués à marcher avec un énorme sac à dos de 9 kilos chaque jour, je vous conseille pas d’attaquer direct par le GR20…), vous devez aussi évaluer vos capacités pour estimer sur combien de temps vous allez pouvoir tenir. Pour ma part, 7 jours c’était largement supportable : surtout que la Bretagne y a pas plus plat (quoi que #CapdeLaChèvre pour les connaisseurs). Pour le Ladakh il fallait aussi s’acclimater à l’altitude sinon de gros gros gros problèmes de santé pouvaient survenir (la mort pour être précise).

FILE0166.jpg
Etape 1 :  Saint-Nic -> L’île de l’Aber (GR34)

Bien évidemment ce qui va avec le choix de votre parcours c’est aussi le choix des étapes. Je vous conseille de ne pas dépasser les 20km par jour si vous voulez pouvoir faire l’étape du lendemain. Donc c’est important, surtout lorsque vous êtes à pied, de prévoir où vous allez dormir chaque jour et d’appeler les campings (municipaux c’est moins cher) pour réserver votre emplacement. Avec mon amie on avait définit quelques temps avant de partir nos étapes, jour par jour, camping par camping. On notait dans mon Topo Guide (INDISPENSABLE) les étapes et on surlignait les campings où nous faisions nos dodos. Si vous êtes à l’étranger, regardez les auberges de jeunesse, les gîtes ou les home stay qui balisent votre parcours, ça vous enlèvera vraiment une source de stress le jour même.

2. Choisir son/ses coéquipier(s)

Honnêtement, c’est presque aussi important que l’endroit dans lequel vous allez vous retrouver. Il faut trouver quelqu’un qui soit sur la même longueur d’onde que toi et qui attende la même chose de ce périple. Parce que vous prenez la décision de vous embarquer dans quelque chose qui va vous marquer et changer votre relation. Vous serez ensemble 24h/24 et 7j/7 donc il n’y a pas de place pour la gêne ou la retenue. Soit ça passe soit ça clash comme j’aime le dire. Non pas que j’ai connu de clashs (je touche du bois) mais je pense qu’à la fin vous êtes soit sûr d’avoir trouvé la bonne personne avec qui trekker soit vous savez que l’expérience n’est pas à réitérer.

Si je peux vous donner une petite devise à garder en tête : Confiance et communication sont les maîtres mots. Comme dans toute relation il n’y a que ça qui permet d’établir un lien stable et durable.

 

J’espère vous avoir été utile. Dans un prochain article je vous parlerai des choses élémentaires à savoir avant de faire son sac à dos afin de gérer son poids, sa composition etc.

Have a nice day

Les photos ne sont pas libres de droit.

Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi pas trekker cet été ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s