Guide de survie en concert (marche aussi avec les festivals !)

Si toi aussi tu es amateur/rice de musique, tu as sûrement déjà vécu(e) ce sentiment d’impuissance et de rage juste avant un concert quand tu te rends qu’il fait beaucoup plus chaud que tu ne le pensais. Cet article est dédié à anticiper tous les petits tracas qui peuvent venir parasiter ta superbe soirée.

20150711_194605

  1. Une tenue adéquate tu choisiras

La tenue c’est presque 90% du boulot. Si tu te pointes avec la bonne tenue, tu passeras forcément un bon concert. Je ne parle pas de question stylistique loi de là, mais pratique ! Déjà essaye d’analyser l’environnement dans lequel tu vas être. Est-ce en extérieur ? En intérieur ? Combien de monde va-t-il y avoir ? (Important pour la chaleur qui émane de la compression des corps). Et surtout quel type de musique tu vas écouter. Je te conseille déjà de mettre un t-shirt, ou un débardeur sombre de façon à masquer d’éventuelles taches de transpiration (so glam !). Qu’on soit en hier ou en été, un t-shirt est nécessaire en concert sauf si c’est un concerto, là… Je te déconseille en revanche fortement les jupes ou robe à manches courtes parce que tu risques fortement de te la faire happer et de finir cul-nul. Ça serait con pour la séance de dédicace qui suit non ?

Enfin, ton plus précieux outil sont tes baskets : je répète, tes baskets. Tu ne risques pas l’entorse, pas la macération provoquée par le cuire etc. Bien sûr je te déconseille de mettre tes dernières chaussures achetées parce que :

  • Tu vas les niquer avec la poussière, les gens qui te marchent dessus etc.
  • Tu vas avoir de jolies ampoules avant même d’avoir commencé à danser.

Mis à part ces deux points, les baskets sont ton meilleur allier en concert. Clairement.

PS : le chouchou pour les filles ou hommes aux cheveux longs, élément crucial si tu veux ne pas mourir de chaud. Par contre queue de cheval interdit !!! Préférez le chignon, ça évite à ceux de derrière de bouffer tes cheveux qui volent quand tu danses.

  1. Un sac à dos pour deux tu auras

Il n’y a rien de plus chiant que de se trimballer toutes ses affaires en concert. Mais afin de parer à toutes les éventualités de type imprévues il est nécessaire d’avoir un vieux sac à dos avec soi. Genre tu râtes le dernier métro à cause du concert et tu finis à pied, bah t’es bien content d’avoir un pull en plus dans ton sac parce que ça caille à 1h00 du mat’ ! Ou alors tu rentres au camping du festival dans le noir le plus total donc une lampe de serait pas de refus à ce moment-là. C’est plein de petites choses qui te font apprécier le moment et surtout l’after. Le mieux à faire c’est de prendre un vieux sac à dos solide pour deux, comme ça chacun fait son tour de garde on va dire. Après je te conseille vivement de garder le même partenaire sac à dos. Tu as tes habitudes, tu sais qu’il ne te la fait pas à l’envers niveau répartition du temps et tu as des codes pour chaque poche. Celle-ci c’est pour les places, elle les boules quies et mouchoirs etc.

PS : pour éviter les vols, le garder sur le ventre. En plus ça fait un repose bras quand tu t’ennuies ou que tu es fatigué.

  1. D’un ami grand tu te muniras

Alors oui dis comme ça, ça réifie un peu ton pote mais tu comprendras rapidement son utilité, je t’assure… Déjà quand t’es seul à un concert c’est toujours moins drôle, tu n’as personne avec qui le partager. Alors avant toute chose motive tes potes pour venir avec toi, ça fera une ambiance de fou et un super souvenir commun. Et c’est à ce moment-là qu’il faut la jouer fine comme on dit ! Parce que tu vois la foule des concerts est assez simple à cerner… Plus tu es nombreux plus tu vas réussir à gratter des places et à forcer pour aller devant. On ne dirait pas comme ça hein, mais en faites tu t’imposes quand t’es en bande. Alors évidemment tu vas avoir droit à des regards sanguinaires mais c’est le jeu ! Et c’est là que ton pote de plus d’1m80 intervient. Parce que seul lui peut fendre la foule de manière systématique et assurer la pérennité de votre avancée. Et qui plus est, il peut servir d’étendard. Je m’explique : dans une foule constituée de bien plus d’un millier de personnes, il est difficile de se repérer. Les réseaux sont souvent saturés etc. Donc un ami de grande taille fait office de repère pour votre crew, c’est un peu le mat de votre navire. Je dirais même la vigie parce qu’elle peut repérer facilement l’entrée de l’artiste sur scène, les mouvements de foules à venir, les mecs bourrés qui veulent à tout prix se faire porter par la foule et bien sûr le naufragé de la bande qui est allé chercher une bière en plein milieu du concert et qui ne retrouve pas son chemin etc.

  1. Ton portable tu rangeras

Enfin, ce dernier point me tient tout particulièrement à cœur vu la mentalité actuelle. Récemment je suis allée voir mon groupe de rap préféré : S CREW. Vous n’êtes pas sans savoir (ou peut-être que si) que Nekfeu en fait partie et cela explique peut-être le fait que des collégiens se sont retrouvés dans le public. Même beaucoup. Je ne suis pas là pour critiquer les groupies, fan girls ou quoi (même si j’ai mon opinion là-dessus), je suis plutôt là pour parler du fait que ce jeune public n’a pas du tout la même manière de profiter d’un concert que moi ou la plupart des étudiants. Je ne dis pas que tous les jeunes de ma génération sont des saints mais je constate vraiment une généralisation des vidéos, photos pendant les concerts. En soi il n’y a rien de mal, rien du tout. J’en ai moi-même pris quelques-unes : 5 exactement, et même pas des artistes, je voulais capter l’énergie de la foule. Mais ce qui me choc et m’énerve particulièrement c’est quand je n’arrive pas à voir la scène tellement il y a d’écran levée vers elle. Les gars sont rentrés sur scène je ne voyais que des téléphones ! C’est quoi votre problème sérieux ? Tu rates tout le show en fait, on s’en fou de l’image que tu as avoir sur ton écran, ce qui compte c’est ce que tu vas véhiculer comme message derrière. Tu ne crois pas que si S CREW venait pour se faire filmer ou prendre en photo ils feraient juste les dédicaces ? Non, ils élaborent un show alors c’est pour que tu en profites pleinement, il y a un temps pour tout.

Sur ce que je conclurai par leurs propres paroles : « Ils filment mes concerts au lieu de les vivre ! ».

10877886_708431162597407_266753334_n

Profitez-bien de la saison des festochs qui approche !

PS: les images ne sont pas libres de droit.

Publicités

Qui a parlé d’Information-Communication ?

Comme vous le savez, ou pas d’ailleurs, je suis en deuxième année de licence à Lyon et j’étudie l’information-communication. Alors oui un mot composé c’est toujours classe à placer mais si on ne sait pas ce que ça veut dire on n’est pas rendu. Donc laissez-moi vous expliquer en quoi consiste cette licence. Ça aidera sûrement les futurs bacheliers un peu perdus et flippés (si si faites pas les innocents). Je précise juste que j’étudie à l’université Lumière Lyon 2 et que chaque licence info-comm a ses spécificités selon la fac où vous allez être (les cours seront différents etc.). Eh oui, parce que les universités ne dépendent pas de l’Etat directement donc il n’y a pas de programme imposé comme au collège ou au lycée : vive l’enseignement supérieur !

Donc info-comm c’est une licence qui vise à te former pour les métiers de l’information, le journalisme tout ça, et les métiers de la communication, événementiel, culture tout ça. Personnellement je suis plus intéressée par les métiers de la communication parce que j’aimerai travailler dans une ONG (mais c’est un autre sujet).

A Lyon 2, mon département (faculté) a misé sur 12 semaines de cours magistraux (CM) pendant le semestre et 10 semaines de travaux pratiques (TD). La particularité c’est que nos TD ne sont pas forcément en rapport avec nos CM. Ce qui fait qu’on a énormément de cours différents et donc pas mal de travail derrière. Ne t’en fais pas, ce sera rien de comparable avec une prépa hein mais c’est juste que la légende de « La fac c’est des branleurs », bah non, enfin pas à l’ICOM en tout cas. Evidemment y a toujours des malins pour valider leurs semestres tout en profitant du travail des autres pendant les travaux de groupes, mais bon tôt ou tard ils finiront par devoir s’y mettre ou arrêter l’université.

Parce que s’il y a bien une chose qui est vrai dans ma licence c’est : Le travail paye. En fait comme les examens des TD se font en contrôle continu, tu es obligé de travailler et c’est souvent là que tu assures le plus de points ! A l’ICOM, la plupart de nos TD nous obligent à faire des dossiers en groupe sur des sujets. Par exemple, aujourd’hui j’ai rendu un dossier de 15 pages et je suis passée à l’oral pour présenter un projet qu’on a monté de A à Z avec mon groupe. Et même si c’est ça peut être ultra pénible bah la charge de travail est largement supportable. Sauf si tu t’y prends comme un manche !

deadlines
Par contre les profs ont la fâcheuse tendance à donner les mêmes dates de rendus de dossiers ce qui donne à peu près toutes les deadlines la même semaine.

Pour ce qui est des CM, à l’ICOM ils sont évalués pendant la fameuse période de partiels aka les semaines de l’enfer. En gros tu as le plus souvent 2 semaines (1 semaine de vacances et 1 semaine de rattrapage des cours des profs) pour réviser 12 semaines de cours. Sachant qu’un chapitre fait en moyenne 5/6 pages Word. Tu mets ça à l’échelle d’un CM entier puis de 5… ça te fait une quantité giga importante de cours à réviser en beaucoup trop peu de temps.

aintnobody
« Une vie… quoi ? Sociale ? Je suis en période de révision. »

Je te conseille donc de relire ton cours dès que tu l’as tapé, dans la journée comme ça tu actives ta mémorisation et ce n’est pas un luxe crois-moi. Tu dois te dire que c’est relou sur le coup mais pendant tes 2 pauvres semaines de révisions tu me remercieras 😉

Et enfin, last but not least comme on dit, les profs sont plutôt chouettes. Enfin on va dire que la plupart sont vraiment compétents. Evidemment il existe des profs qui bien que ultra spécialisés ne sont pas pédagogues du tout. Malheureusement ce genre de chose arrive de partout ! Mais en compensation il y a aussi, et souvent, des enseignants super ! Par exemple, j’ai eu la chance d’avoir certains profs qui m’ont permis d’avoir une nouvelle vision des choses. C’est dire ! Donc si vous avez la chance, que dis-je, l’honneur de venir étudier à l’ICOM, vous aurez droit à un superbe enseignement (et programme !). Si vous venez à Lyon 2 en Info-Comm vous aurez par exemple l’occasion de créer un livre de recettes numérique, et ça c’est pas donné à tout le monde ! 😉

Bon à savoir : ne faites pas attention à la gueule du campus, on s’y fait vite et honnêtement ça a son petit charme et ses avantages ! En plus, faites pas les difficiles, y a pleins de nouveaux bâtiments. Allez checker leur Instagram vous verrez que c’est pas si mal 😉

Bon allez je vous laisse je vais apprendre mes théories de la réception